Village de Kompong Phluk au Cambodge

Avec mon amie Anne-Charlotte nous partons en février 2015 à la découverte des temples d’Angkor au Cambodge. Pour voir aussi un peu du pays, nous décidons d’aller visiter un village de pêcheur sur pilotis.

 

La route en tuk-tuk (tricycle motorisé) de Siem Reap jusqu’au village Phluk est longue mais belle. Des maisons sur pilotis de paille tressée la bordent. On longue une rivière qui mène jusqu’au lac Tonsé Lap. Paysage qui repose : bandes de terre rouge, d’eaux grises, de vert cru des rizières où évoluent hérons, hirondelles, buffles et canards d’élevage.

Pour rejoindre l’embarcadère, on prendre un chemin de terre défoncé. Sur les rives, bateaux de bois s’amassent et pêcheurs aux torses brûlés jettent leurs filets et plongent. Les maisons du village sont comme sur des échasses entre lesquelles les enfants jouent. Certains porches sont fleuris, y vole parfois le linge coloré sur un fil.

C’est la fin de la mousson et le niveau de l’eau de la rivière est très bas. C’est pourquoi on peut voir le sol sur lequel les maisons sont construites. La hauteur n’empêche pas de grands ensembles : temple, école, gendarmerie...

 

Plus loin, on longe la forêt inondée et notre batelier nous confie la navigation de notre pirogue. On arrive sur le lac Tonsé Lap surnommé le coeur battant du Cambodge dans lequel les Khmers pêchent plus de 400 000 tonnes de poissons par an !

On pourrait s’arrêter sur un des restaurants flottants mais on préfère retourner au village, pour y boire un café. Superbe promenade sur un long pont de bois aménagé dans la forêt à hauteur des cimes d’arbres, juste derrière le restaurant du village.

 

Mini-dico khmer

Souo Sadaï : bonjour

Léa Haï : au revoir

Or koun : merci

Sok Sabaï : ça va ? / ça va.

Loading...
Loading...