Road-trip dans la région du Perak en Malaisie

Nous partons visiter la région du Perak en novembre 2013 avec Hanna au volant, notre amie malaise.

On embarque également deux copains d'Hanna : Putri indonésienne et Donovan australien.

 

Quitter Kuala Lumpur et prendre la route vers le nord,
Epaisse broussaille à perte de vue et surtout plantations de palmiers
Passés Ipoh, ses collines et ses grottes bouddhiques
où on retournera plus tard, découvrir à la tombée de la nuit
ses restos branchés et ses bâtiments coloniaux illuminés.

On rejoint Kuala Kangsar, ville royale endormie sur le fleuve Perak,
pont immobile et au loin bulbes dorés d’une mosquée aux airs de Disney
Rangée de maisons, au rez-de-chaussée la boutique
Sous les arcades, galerie où s’abriter de la pluie ou du soleil
Céramiques et objets de tous les jours en rotin.

 

Déjeuner dans un food court,
Au centre, tables et chaises en plastique
On commande un laska, soupe de nouilles au lait de coco
garnie d’anchois, d’oignon rouge, de piment, de citron vert et d’un œuf dur.

A Port Wells, les bateaux de pêche turquoises sont amarrés.
Bicoques sur pilotis où on aperçoit par les fenêtres
des bougies briller sur les autels bouddhistes
Les portes sont encadrées de poèmes à la verticale sur du papier rouge
Ou bien parfois, on lit « Jésus » au-dessus de l’entrée des maisons.
L’aigrette prend son envol, paisible tandis que les aigles tournent et plongent.
A la nuit venue, partis observer en bateau les colonies de lucioles dans la mangrove.
Emerveillés.

Dans ce village de pêcheurs chinois,
Les terrasses des restos sont larges et servent des fruits de mer
Frits, à la vapeur ou à la poêle avec de la sauce soja.
Notre serveuse ne parle que chinois.

Le lendemain, on reprend la route jusqu’à Taiping.
Sa mine d’étain a attiré les migrations chinoises,
Devenue un parc immense agrémenté d’un lac
aux îlots reliés entre eux par de petits ponts.
Végétation luxuriante et allées bordées d’arbres de pluie centenaires
où se promènent les amoureux.

Loading...
Loading...